J’ai décidé d’opter pour une profession libérale en juin 2020.

A 58 ans, issu d’une formation d’ingénieur en informatique fondamentale, j’ai choisi de promouvoir le travail à distance.

Je n’ai pas attendu la COVID pour y réfléchir.

Début 2019, après un CDD en “full remote”, j’ai constaté qu’autant mon boss de l’époque, que moi, avions à y gagner.

La COVID aurait pu être une opportunité de croissance…

Mais l’urgence, n’a pas permis d’envisager l’avenir avec sérénité.

Wahlatoo

J’ai choisi le nom commercial WAHLATOO (« Working At Home Like At The Office Obviously”) que l’on peut littéralement traduire par “Travailler à la maison comme au bureau, de toute évidence …” pour apporter mes compétences et mon expérience vers cette  transition inévitable.

Je ne reviendrai plus sur les avantages et inconvénients du distanciel.

Je pense qu’à présent tout le monde est expert en la matière.

Quelques rappels de base …

… sur les origines du mot informatique, et pourquoi j’insiste sur le mot fondamental .

Voici quelques extraits tirés de Wikipédia , je cite:

« En mars 1962, Philippe Dreyfus, ancien directeur du Centre national de calcul électronique de Bull, utilise pour la première fois en France le terme « Informatique » …

… Selon certains, ce néologisme est un mot-valise qui agglomère « information » et « automatique », pour désigner le traitement automatique des données’… 

 … Dans l’usage contemporain, le substantif « informatique » devient un mot polysémique …

… Les expressions « science informatique », « informatique fondamentale » ou « informatique théorique » désignent sans ambiguïté la science, tandis que « technologies de l’information » ou « technologies de l’information et de la communication » désignent le secteur industriel et ses produits. » .

Aujourd’hui « informatique = technologie de l’information” (IT en anglais).

Je pense que nous avons perdu le sens analytique et organisationnel, au détriment de la technique pure.

Nous avons tout simplement oublié la partie fondamentale de ce pourquoi on formait des informaticiens.

Pas uniquement pour devenir des techniciens, développeurs, codeurs ou encore des designers, mais également des personnes aptes à comprendre, améliorer, organiser et mettre en œuvre un système global de gestion de l’information éventuellement à l’aide d’un ordinateur).

Pour exemple, de nos jours, on solutionne un besoin de développement commercial par le choix d’outils purement techniques (souvent horriblement chers) dont on n’utilise que 10 à 20% des fonctionnalités.

La technologie anticipe et crée le besoin, alors qu’en tout état de cause, c’est avant tout la réflexion et la manière de s’organiser qui conditionnent la croissance.